Social Icons

jeudi 4 septembre 2014

Le plus grand des essaims d'insectes




Hormis les parasites de Starships troopers dont les colonies évoluent à l'échelle de la galaxie, le plus gros essaim d'insectes connu est celui qui a envahi le Kenya au début de l'année 1954 : près de 10 milliards de criquets pèlerins (Schistocerca gregaria) déferlèrent en une gigantesque armada occupant 200 km² de terrain, assombrissant le ciel et dévastant la végétation sur des dizaines de milliers de km².

Un essaim de criquets pèlerins
Plusieurs caractéristiques peuvent entraîner l'apparition d'essaims de grande taille : des phases de reproduction très courtes amènent par exemple Dolania americana et d'autres éphémères à se regrouper pour donner naissance à d'incommensurables orgies, parfois visibles même par les radars météo! La météorologie peut elle aussi créer les conditions d'un rassemblement important d'insectes volants, qui (contrairement, par exemple, aux oiseaux), ont tendances à toujours suivre les courants des vents. L'accès à la nourriture, les stratégies territoriales, le taux de reproduction (parfois, un insecte seul peut donner naissance à un essaim ou une colonie gigantesque : les reines termites d'Afrique, par exemple, peuvent pondre un œuf toutes les deux secondes, soit 43000 par jours!

Nombreuses sont alors les espèces dont on peut observer le mouvement organisé de millions d'individus : néanmoins, du fait de leur petite taille, de leur reproduction rapide et de leur mobilité grégaire, les insectes migrateurs et dépendant de la météorologie sont parmi les plus courants, et connus, depuis l'antiquité, pour la taille de leurs cohortes, et la désolation que celles-ci répandent sur leur passage.

C'est dans ces catégories d'insectes que l'on trouve les criquets pèlerins (Schistocerca gregaria), de grands acridiens de 6 à 9 cm, dont les habitudes grégaires ont peut-être inspiré le récits des Dix Plaies d'Egypte. Cette espèce vit principalement dans des régions de pseudo-steppes, relativement sèches et peu pourvues de végétation. Lors des périodes sèches, ils ne représentent aucun danger, et évoluent de manière solitaire. Toutefois, si d'aventures, il se mettait à pleuvoir...

Là, les criquets se transforment et prennent leur apparence grégaire (changement de taille et de couleur - mais aussi et surtout de comportement!), puis se mettent à former de larges essaims qui débordent de leur habitat normal, envahissant les pays limitrophes sous l'apparence d'immenses nuages sombres et bruyants. L'un de ces essaims, en 1954, jeta son dévolu sur les terres Kenyannes, couvrant environ 200 km² en un même instant, parcourant plusieurs dizaines de milliers de km². La densité de cet essaim fut estimé à 50 millions d'individus par km² (Rainey, 1954), soit environ 10 milliards au total : près de 100 000 tonnes en biomasse!

Mâles Criquets pèlerin, solitaire (à gauche) et forme grégaire (à droite). Img : Tom Fayle, Cambridge
Les criquets pèlerins (desert locusts) constituent un problème important en Afrique, ou la formation et le développement de ces monstrueuses armées sont étroitement surveillés. Nombre de témoignages ont été rapportés pour décrire ces invasions (dont le plus célèbre reste celui de la bible, qui rapporte vraisemblablement un événement survenu en 1470 avant J-C dans le delta du Nil), rendant comptes de ciels pouvant devenir denses et sombres comme la nuit, pendant plusieurs jours d'affilée. Techniquement, ces essaims se présentent davantage sous la forme de "boules" que de nuages : tous les criquets ne sont pas en vol au même instant, mais parcourent le ciel pendant un petit moment avant de retomber au sol (notamment, pour grignoter tout ce qui peut l'être!), d'autres les relayant, et ainsi de suite. Dans ces essaims, les criquets peuvent s'envoler jusqu'à 1500 mètres de hauteur!

Il faut toutefois néanmoins noter que le record officieux du plus large essaim, pourrait être celui de l'Albert's Swarm, une armada de criquets des montagnes rocheuses qui traversa une grande partie de l'Ouest des Etats-Unis, en 1874. Cette espèce est considérée éteinte de nos jours, mais la grande invasion relatée au 19ème siècle pourrait avoir constitué une concentration record de 12500 milliards d'individus : 27,5 millions de tonnes en biomasse, s'étalant sur près de 510 000 km² (près de 4/5 de la superficie de la France!). L'estimation fut calculée par Albert Child, en mesurant la vitesse moyenne des criquets et le temps qu'il leur a fallu pour traverser le sud du Nebraska.


Rainey, R.C. (1954). Recent developments in the use of insecticides from aircraft against locusts. Rep. 6th Commonw. Entomol. Conf. 6: 48-51 [Cité par Rainey 1989, p 138].